Blog

Ipiales : ville frontière entre la Colombie et l’Equateur

Juste avant de traverser la frontière Colombie – Equateur par la route, on a fait escale une nuit dans la ville d’Ipiales. Dans cette ville frontière on croise de nombreux voyageurs qui nous font rêver en racontant leur projet de parcourir toute l’Amérique latine, on peut payer en pesos et en dollar (ce qui à l’air d’avantager les équatoriens), on profite un dernier instant de la nourriture colombienne (car apparemment le nord de l’Equateur n’est pas réputé pour sa gastronomie) et on visite encore et toujours.

Pasto et la lagune de la Cocha

La ville de Pasto ne se résume pas à son carnaval, bien que ce soit l’événement qui fasse la fierté de ses habitants. Perchée à 2 527 m d’altitude sur le volcan Galeras (le plus actif de Colombie !), la ville est vraiment peuplée (près de 400 000 habitants, c’est plus que Nantes !) et cela surprend vue sa situation géographique. On a déambulé dans les rues de Pasto, les matins de cette semaine de carnaval, quand l’agitation n’était pas encore à son paroxysme. On y a découvert ses nombreux temples et églises, tous aussi beaux les uns que les autres. On a voulu visiter le Musée Taminango, la plus vieille maison de la ville, qui présente des objets anciens et d’artisanat local, mais on a trouvé porte close dû à cette semaine fériée pour le carnaval.

Carnaval de Pasto – Día de Negros

S’il y a bien une seule date pour se rendre à Pasto, c’est la première semaine de janvier. Pourquoi ? Parce que c’est la fête toute la semaine !! C’est le moment de l’énorme « Carnaval de Negros y Blancos » (Carnaval des Noirs et Blancs) ! Celui-ci est inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, une raison de plus pour le découvrir.

Rencontre avec les indigènes Guambianos à Silvia

A 60 km de Popayán, se situe Silvia, un village où les traditions perdurent. « La Suisse d’Amérique » porte plutôt bien son surnom, car avec son climat, sa rivière et ses montagnes, on s’y croirait presque. A quelques détails près tout de même… Ici, on troque les bretelles et les robes à corset typiquement suisses pour de longues jupes drapées mauves (pour les femmes comme pour les hommes) , une ruana (sorte de poncho), une écharpe à rayures et un chapeau. Les femmes portent aussi souvent de grands colliers blancs de perles fines. Car à Silvia, la majeure partie de la population fait partie du groupe indigène Guambiano et l’une de leurs forces est d’avoir su conserver une grande partie de leurs traditions, notamment celle de leur habit.

Bonne année !

De retour !!! On est enfin de retour après un voyage de plus d’un mois autour de la Colombie et de l’Équateur ! Ça y est ! Je vais enfin pouvoir revenir sur le blog et partager avec vous nos photos et nos ressentis !

Comme promis, on commence avec un résumé des fêtes de fin d’année à la colombienne !

Pour la première fois, j’ai passé un Noël sous le Soleil ! Un Noël pas comme les autres : on chante, on danse, on fait la fête, à l’intérieur comme à l’extérieur, c’était vraiment différent de mes précédents Noëls !